Quand et comment sevrer votre bébé de l’allaitement et du lait maternel ?

L’allaitement maternel procure de grands « avantages » à la fois à la mère et au bébé. Il s’agit du mode d’alimentation le plus équilibré pour le bébé, qui crée la base d’un système immunitaire robuste, favorise le développement intellectuel du bébé et lui offre un lien affectif profond avec sa mère. Les mécanismes hormonaux complexes qui se produisent pendant la production de lait détendent la mère qui allaite et contribuent à la récupération de son corps après l’accouchement.

L’allaitement maternel est recommandé par l’Organisation mondiale de la santé pendant au moins les six premiers mois de la vie de votre bébé. Les nutriments spécifiques contenus dans le lait maternel sont très importants pour la santé de l’enfant pendant cette période. L’attitude de la mère et son désir de poursuivre l’allaitement ou de sevrer l’enfant du sein sont donc cruciaux. L’allaitement au sein est préférable avant le sevrage, lorsque le nourrisson passe totalement à une alimentation normale.

Cependant, il existe des situations où la santé de la mère est compromise et où l’alimentation naturelle devient difficile. Une autre cause fréquente d’arrêt de l’allaitement est la détérioration des dents du bébé, que de nombreux dentistes attribuent à la succion nocturne du sein (bien qu’ils accusent plus souvent les biberons au lait maternisé).

Quoi qu’il en soit, quelle que soit la cause, pratiquement chaque femme se demande à un moment donné quand et comment sevrer son bébé de l’allaitement et du lait maternel ? Réponse dans ce dossier !

Quel est le meilleur moment pour sevrer son bébé du lait maternel ?

Dans le cas de l’allaitement, l’état psychologique de la mère doit être essentiel. Ce n’est que lorsque la mère est calme et sûre de son désir de se nourrir que le nourrisson peut bénéficier du lait. On peut en dire autant de la question de savoir quand il convient de sevrer le nourrisson. Votre ambition est la chose la plus importante ; le reste est secondaire.

Vous pouvez également vous laisser guider par les symptômes suivants de la maturité du bébé et de sa préparation au sevrage :

  • Le bébé se développe et fait preuve d’une indépendance globale : il dort dans son berceau, peut se passer de couche la nuit, est « ami » avec le biberon et s’installe sans téter le sein.
  • Le nourrisson observe ce qu’il y a dans votre assiette et tend la main pour le goûter, et il suit de près votre expression pendant que vous mangez quoi que ce soit.
  • Il se désintéresse progressivement et réclame le sein de moins en moins souvent.
  • Au moins quelques dents de lait sont apparues pour pouvoir manger des aliments plus épais que le lait.
  • Le nourrisson peut s’asseoir tout seul.
  • Le sevrage d’un enfant après un an est nettement plus simple.

sevrer son bébé du lait maternel

Les étapes pour sevrer votre bébé du sein et du lait maternel

Il est souvent tentant de sevrer son enfant le plus rapidement possible. Par expérience, nos mères et nos grands-parents conseillent souvent : il est préférable de partir et de laisser l’enfant sans le sein pendant quelques jours ; il s’y habituera. On peut aussi appliquer de la moutarde sur le sein pour que le nourrisson ait du mal à téter.

En réalité, ces méthodes sont assez stressantes, tant pour le nourrisson que pour la mère. Bien sûr, en cas d’urgence, il n’y a pas d’autre choix. Néanmoins, le principe fondamental du sevrage progressif et non traumatisant pour la mère et le bébé est une transition sans heurts pour tous les deux. Cela n’est possible que si vous êtes tous deux préparés.

Il existe quelques principes simples à suivre pour faciliter le sevrage :

  1. Le plus simple pour commencer est d’arrêter les tétées de nuit. Essayez de calmer votre bébé éveillé en lui offrant de l’eau ou une autre boisson. Il est préférable que le papa du bébé ou un autre membre de la famille se lève la nuit pendant la période de sevrage afin que le nourrisson ne soit pas nerveux lorsqu’il sent le lait de sa mère.
  2. Suscitez l’intérêt de votre bébé pour les repas complémentaires. Après chaque repas de la journée, offrez-lui une portion de quelque chose de frais et d’excitant.
  3. Une fois que le nourrisson a maîtrisé l’exercice, proposez-lui des repas complémentaires avant de l’allaiter. Si le nourrisson demande le sein, donnez-le-lui, mais ne le proposez pas vous-même. Essayez de ne pas manquer la première poussée d’excitation d’un nouveau repas.
  4. Augmentez l’intervalle entre les tétées, par exemple toutes les 3 heures au lieu de toutes les 2 heures. Proposez des aliments pour bébé le reste du temps. Lors du sevrage de votre enfant à l’âge d’un an, vous pouvez remplacer le lait maternel par du lait de vache ou de chèvre (si votre bébé n’est pas allergique).
  5. Essayez de remplacer entièrement l’une des tétées par des aliments pour bébé. Si le jeune n’est pas inquiet ou en colère, répétez la méthode avec un autre repas après un certain temps. Tout au long de la journée, alternez les repas classiques et le lait maternel.

La dernière chose à faire est d’arrêter les tétées du matin et du soir. Les tétées du matin sont essentielles pour prévenir les mastites car le lait s’accumule dans les seins pendant la nuit. Les tétées du soir sont généralement une routine pour que le nourrisson s’endorme, il faut donc les supprimer avec prudence.

sevrer son bébé du lait maternel

Comment faciliter le sevrage de l’allaitement d’un bébé ?

Lorsqu’il s’agit de sevrer de l’allaitement un bébé, tous les experts et les mamans expérimentées s’accordent sur un point : le nourrisson doit être entouré de soins particuliers, et ce n’est qu’à cette condition que le sevrage se déroulera le mieux possible pour lui. Ce que vous pouvez faire pour atténuer la situation :

  • Compensez la perte de proximité qui se produira après l’arrêt de l’allaitement. Portez votre enfant dans vos bras plus fréquemment et donnez-lui des câlins et des baisers. Utilisez des méthodes de communication originales comme la lecture, les massages légers et l’émerveillement devant des jouets uniques. Vous garderez ainsi un lien affectif et votre enfant aura l’assurance que sa mère est toujours là pour lui.
  • Habituez à l’avance votre enfant à dormir dans un autre berceau. Lorsque le moment du sevrage arrive, le fait de dormir avec sa mère ne permet pas de sevrer le nourrisson des tétées nocturnes.
  • Vérifiez si le bébé a faim. Suivez l’évolution de son poids et de son état de santé général. Si le nourrisson refuse de manger et devient contrarié, léthargique ou irrité, ne le tourmentez pas. Il est fort probable que le moment approprié pour le sevrage ne soit pas encore arrivé.
  • Maintenez l’attachement de votre bébé à un jouet ou à un doudou parfumé à l’odeur de maman : ce sont de nouveaux liens qui remplacent la chaleur des tétées.
  • Faites preuve d’une extrême patience. La plupart des nourrissons deviennent plus capricieux et demandent plus d’attention tout au long du processus de sevrage, ce qui est tout à fait normal.
  • Efforcez-vous de modifier les relations qui durent depuis longtemps. Réorganisez le mobilier de la pièce où vous aviez l’habitude de nourrir votre bébé, par exemple. Commencez par installer votre bébé dans une chaise haute confortable et donnez-lui à manger à une table communautaire.
  • Lorsque vous réfléchissez à la manière de sevrer votre enfant, n’oubliez pas de prendre soin de vous. Avant tout, pensez au confort psychologique : détournez votre attention de la routine, et conversez davantage avec des personnes que vous appréciez.

Ne tendez en aucun cas vos seins de manière excessive afin de limiter la production de lait ; cela pourrait entraîner des mastites et des lactastases. N’utilisez des médicaments pour arrêter la lactation qu’avec l’autorisation de votre médecin. Surtout, réalisez que tous les défis sont transitoires, et que vous les surmonterez sans aucun doute.

Marion
Être mère a été un grand enrichissement pour moi. En même temps, être mère de deux merveilleux bout de chou, c'est passionnant et génial ! Lors de mes études en médecine, je me suis spécialisé dans la pédiatrie. J'ai pu obtenir avec grande joie mon diplôme d’études spécialisées en Pédiatrie. Depuis 2009, je travaille comme pédiatre généraliste au sein de mon cabinet libéral.

Articles en relation

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Récents